Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Paroisse Frédéric Ozanam Sacré-Cœur / Saint-Clément / Saint-Nicolas
Menu

Dimanche 11 juin - Fraternités missonnaires paroissiales

Homélie sur les fraternités missionnaires paroissiales.

 

En cette fête de la Trinité, notre paroisse lance la proposition de Fraternité missionnaire paroissiale. Je pense que cela n’est pas un simple hasard de calendrier liturgique. Nous croyons en un Dieu Trinité, un Dieu communion d’Amour du Père du Fils et de l’Esprit. Cette communion d’Amour, les disciples du Christ sont appelés à la vivre entre eux par une vie fraternelle et communautaire qui soit toujours plus à l’image de ce qui se vit au sein de la Trinité. Or la vie fraternelle et communautaire est aujourd’hui une des grandes faiblesses de nos paroisses. Beaucoup de théologiens qui réfléchissent sur la mission de l’Eglise reconnaissent cet état de fait : nous vivons peu les cinq éléments essentiels que constituent une vie fraternelle et communautaire telle qu’on la retrouve dans les Actes des Apôtres, modèle de toute vie communautaire chrétienne. A savoir : un groupe de paroissiens qui ne se sont pas choisis dans lequel se vivraient la prière, la formation, la fraternité, la solidarité et la mission. Je ne doute pas que chacun de nous vive l’un ou l’autre de ces éléments ou même les cinq, mais qui le vit au sein d’une communauté stable avec des frères et sœurs qu’il n’a pas choisis mais que le Seigneur lui a donnés ? Ou alors, quand on vit ces cinq essentiels, ne serait-ce pas de façon dispersée dans notre vie chrétienne ? Et oui, entre la vie familiale et la grande assemblée paroissiale du dimanche, il manque un échelon intermédiaire qui nous permettrait de développer dans notre paroisse une véritable vie fraternelle et communautaire.

D’où la proposition que je vous fais d’intégrer une de ces fraternités missionnaires paroissiales, dans laquelle nous pourrions vivre une solidarité entre nous, développer une vie de prière communautaire, recevoir un temps de formation suivie d’échanges entre paroissiens, grandir dans une amitié fraternelle dans le Christ.

Ces fraternités paroissiales deviendront aussi un lieu essentiel de la mission. Une des grandes difficultés de la mission aujourd’hui ne réside pas dans la conversion de personne au Christ, l’Esprit Saint avec notre petite aide réussit très bien à toucher des gens et à les amener au Christ. Seulement, pour les personnes qui découvrent le Christ, la difficulté est de trouver un environnement porteur pour les faire progresser, grandir dans leur relation au Christ. Pour un disciple nouvellement converti, cet environnement porteur ne peut être qu’une communauté de frères et sœurs dans le Christ.  Et c’est là où les paroisses pèchent par faiblesse. Un nouveau converti, où donc va-t-il trouver une communauté dans laquelle il pourra grandir dans sa foi ? Dans une paroisse en général ? La nôtre en particulier ? Où il ira à la messe et où personne ne s’intéressera vraiment à lui à la fin de la célébration ? Pour que le nouveau converti découvre la prière entre frères, allons-nous lui proposer d’aller tout seul devant le saint sacrement ? Même si je suis un fervent promoteur de l’adoration, je dois reconnaître que c’est une prière peu adaptée à des néophytes qui redécouvrent la foi. Pour rencontrer de nouveaux frères et sœurs dans le Christ, allons-nous inviter le nouveau converti à intégrer le seul endroit où il a une chance de les rencontrer dans une paroisse à savoir une équipe de préparation baptême, mariage, liturgique ou catéchétique ? Alors que ces groupes ne sont absolument pas adaptés pour lui qui n’a encore aucune formation ? Croyez-vous vraiment que les homélies vont être suffisantes pour le nourrir et le former ? Il faut bien reconnaître que nos modes de vie paroissiaux ne sont pas du tout adaptés à l’accueil des frères et sœurs convertis que le Christ nous envoie. Et donc nous les perdons. J’ai un petit exemple en tête : depuis 5 ans nous avons eu la grâce de baptiser une vingtaine d’adultes, qui dans l’assemblée les connaît et a vécu avec eux un des cinq éléments essentiels de toute vie communautaire ? Comment en sommes-nous arrivés là ? Plusieurs explications qui ont pour origine notre société, le mode d’organisation de nos paroisses, et ne sont pas forcément le fait des paroissiens. Toujours est-il qu’il manque dans nos paroisses des lieux de rencontres communautaires réguliers, stables dans lesquels un nouveau disciple du Christ pourra découvrir une vie fraternelle solidaire, la prière entre frères, et dans lesquels il recevra une formation et apprendra lui-même à devenir un disciple missionnaire.

Les fraternités que nous vous proposons ont donc pour vocation d’accueillir de nouveaux membres en particulier des gens qui sont loin de la foi et qui redécouvrent le Christ. Ils pourront venir des parcours Alpha que nous avons lancés sur la paroisse. Ou alors cela peut-être des connaissances de votre entourage qui se posent des questions sur le sens de la vie ou la foi, que vous pourriez inviter en leur disant, comme Jésus aux premiers disciples : « venez et voyez ». Ces fraternités pourraient aussi devenir le lieu d’accueil de nouveaux paroissiens, déjà croyants-pratiquants ceux-là, qui arrivent sur notre paroisse et à qui assez souvent pendant plusieurs mois personne ne va vraiment faire attention, faute d’être connus. Dans ces fraternités, ils pourraient être accueillis et découvrir peu à peu notre communauté paroissiale, nouer des relations d’amitiés dans le Christ.

Vous comprenez que ces fraternités missionnaires n’ont pas vocation à rester des petits clubs où l’on vit un certain entre-soi, vous savez à quel point je lutte contre ce néfaste entre soi catholique. Bien au contraire ces fraternités seront ouvertes vers les frères et sœurs que le Seigneur nous enverra quels qu’ils soient. Lorsque le nombre de frères et sœurs augmentera au sein de la même fraternité, alors cette dernière se scindera en deux, donnant deux nouvelles fraternités missionnaires qui entreront elles aussi dans une dynamique d’accueil missionnaire et de vie communautaire. Ce modèle que nous vous proposons est connu, il est basé sur les cellules paroissiales d’évangélisation qui se vivent dans une multitude de paroisses de par le monde. Après une année de réflexion et d’essai, nous l’avons adapté à notre paroisse Frédéric Ozanam, vous avez le détail du fonctionnement de ces fraternités dans les feuillets que vous avez reçus. Ces fraternités missionnaires paroissiales ne sont pas quelque chose en plus dans notre paroisse, « encore un truc de Mr le Curé ». Elles pourraient, si vous vous y sentez appelé, devenir le lieu de vie naturel d’un paroissien. Avec les parcours Alpha et l’adoration continue, les fraternités vont former un ensemble, un triptyque autour duquel va battre le cœur de la vie de la paroisse. Les services paroissiaux auront pour vocation à se tourner peu à peu vers ce triptyque. Je vous invite donc à réfléchir à un engagement dans ces fraternités missionnaires paroissiales qui se mettront en place à partir de la rentrée 2017.

Tournons-nous vers la Trinité, Elle est communion d’amour du Père, du Fils et de l’Esprit Saint. La Trinité est don de soi. La mission de Jésus auprès de l’humanité est le prolongement de ce don de soi dans la Trinité. A un moment, dans l’Evangile, Jésus dit à ses apôtres « allons dans les autres villes et villages pour annoncer la bonne Nouvelle, c’est pour cela que je suis sorti ». Sorti d’auprès du Père. Les apôtres dans la continuité de leur maître sont sortis du cénacle pour annoncer la Bonne Nouvelle. L’Eglise continue cette mission de son Seigneur. Comme le dit Paul VI, « l’Eglise existe pour évangéliser », dans sa nature l’Eglise est sortie de soi, don de soi, elle est missionnaire ou alors elle n’est pas. Puissions-nous vivre sur notre paroisse ces deux dimensions qui nous viennent de la vie Trinitaire, la communion et la mission. Amen.